• "LE RADEAU DE LA MÉDUSE", DE T. GÉRICAULT : UN TABLEAU ÉMINEMENT POLITIQUE

    FRÉGATE FABRIQUÉE DANS LA RÉGION DE NANTES,

    LA MÉDUSE,

    ou plus précisément

    "LE RADEAU DE LA MÉDUSE"

    célèbre tableau du peintre Théodore Géricault

    POSSÈDE UNE TENEUR  POLITIQUE PEU CONNUE DU GRAND PUBLIC ALORS QU'À SA PREMIÈRE EXPOSITION,

    IL AVAIT REMPORTÉ LES FAVEURS DU PUBLIC DU PEUPLE

    EN S'ATTIRANT LES FOUDRES DE LA NOBLESSE

    ...

    La frégate La Méduse est l'objet d'un contrat du 11 mars 1807 entre l'État et la société Michel Louis Crucy, établie à Paimbœuf (Loire-Inférieure)1.

    Elle est construite au début des années 1800 ; la coque est lancée le 1er juillet 1810. Le 26 septembre, le navire passe à Mindin2, à l'extrémité de l'estuaire de la Loire surveillé par une flottille anglaise basée à Hoëdic. La Méduse, commandée par Joseph François Raoul, réussit à quitter l'estuaire le 28 décembre, en même temps que la frégate La Nymphe, construite à Basse-Indre sur un autre chantier Crucy.

    Compte tenu du destin ultérieur de La Méduse, ont été rapportées quelques légendes prémonitoires. Dans son Histoire de la Commune de Nantes, Camille Mellinet évoque la « tristesse inexplicable » marquant la cérémonie du lancement de la coque. Par ailleurs, un matelot aurait dit, en voyant la figure de proue : « une mauvaise tête qui nous portera malheur »[réf. nécessaire].

     

     

    A L'ÉPOQUE OÙ THÉODORE GÉRICAULT,  ÉLÈVE COMME DELACROIX DU PEINTRE D'HISTOIRE NARCISSE GUÉRIN PEINT SON TABLEAU,  (LE RADEAU DE) LA MÉDUSE,

    CE DERNIER ACCOMPLIT UN GESTE POLITIQUE, PLUS PROCHE DU TRAVAIL D'UN JOURNALISTE D'INVESTIGATION À UNE ÉPOQUE  OÙ  LA PHOTOGRAPHIE N'EST PAS ENCORE NÉE ET OÙ L'ESCLAVAGE N'A PAS ENCORE ÉTÉ TOTALEMENT ABOLI (1735 À L'ILE MAURICE, 1848 POUR LE RESTE DE LA FRANCE -DATE OFFICIELLE) QUE DE CELUI D'UN PEINTRE D'HISTOIRE QUI N'EST PAS SENSÉ ÉTALER SES CONVICTIONS POLITIQUES.

    MAIS LE FAIT EST TROP GRAVE...DES NOBLES ONT ACHETÉ LEURS CHARGES DE LIEUTENANT DE NAVIRE ET ONT CONDUIT CE DENIER À SA PERTE...ILS LAISSENT POUR MORTS PLUS D'UNE CENTAINE DE MARINS QUI VONT BRICOLER UN RADEAU POUR TENTER D'ÉCHAPPER À LEUR FUNESTE DESTIN.

    ***

    DE L'HISTOIRE DE LA PEINTURE DU TABLEAU, ON NE RETIENT SOUVENT QUE LES CADAVRES UTILISÉS PAR LE PEINTRE POUR DONNER PLUS DE RÉALISME À SA PEINTURE OCCASIONANT DES ODEURS PESTILENCIELLES...

    MAIS ON LAISSE DE CÔTÉ LA TENEUR POLITIQUE DU PROJET DU PEINTRE DE LA BATAILLE DE RUSSIE, AUTRE TOILE PLAIDOYÉ CONTRE LA GUERRE.

    @RTE REDONNE VIE À L'HISTOIRE DE CETTE RE-PRÉSENTATION

     

     ***

    « JEAN LOUIS THÉODORE GÉRICAULT - La Balsa de la Medusa (Museo del Louvre, 1818-19) » par Inconnu — Inconnu. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:JEAN_LOUIS_TH%C3%89ODORE_G%C3%89RICAULT_-_La_Balsa_de_la_Medusa_(Museo_del_Louvre,_1818-19).jpg#/media/File:JEAN_LOUIS_TH%C3%89ODORE_G%C3%89RICAULT_-_La_Balsa_de_la_Medusa_(Museo_del_Louvre,_1818-19).jpg

    « BENDA BILILI...UNE LEÇON DE VIE...TRÈS TRÈS FORT !MANDIKA NIGHTS : NUITS MANDINGUES 11eme EDITION DU 20 AU 28 mars 2015 »