• Des filets à brouillard pour l'accès à l'eau dans le Sud djebel marocain de l'Ouest et des Warka Water en Éthiopie

     

    Les filets à nuages permettent de capter dans leurs mailles le brouillard, les nuages ou la brume, donc de l'eau potable pour boire et arroser dans une région aride.  JPEG - 38.1 ko

    C'est dans les montagnes chiliennes dont l'eau de puits avait été polluée par des années de prospection minière qu'on été expérimentés pour la première fois les filets à brouillard. Après la mise au point à l'Université de Valparaiso sous la direction d'une chercheuse en géographie et le teste de ces filets en métal d'environ 5m sur 4, la technologie est utilisable pour alimenter en eau d'autres points de la planète...Aujourd'hui c'est un projet pilote dans les montagnes du Maroc qui va permettre à des populations d'avoir une eau moins chère et plus simple à utiliser...

     CI-DESSOUS L'ACCÈS À LA VIDÉO DE L'AFP EN CLIQUANT SUR L'IMAGE

    Des filets à brouillard pour l'accès à l'eau dans le djebel marocain

    Il existe de semblables installations au Népal...

    l'eau est souvent symbole de changement...et de développement

    pour des régions reculées.

    Le corps humain est composé de 60 à 70% de ce précieux liquide.

    En langue Tamazight, le dicton

    http://p0.storage.canalblog.com/00/73/630869/65552422_p.gif

    AMAN IMAN

    sgnifie

    L'EAU, C'EST LA VIE

     

     L'EAU OU LE SANG

    l'eau de la vie

     

    DANS LES DÉSERTS, ON SAIT COMMENT RÉCUPÉRER L'EAU PAR

     CONDENSATION DEPUIS DES MILLIERS D'ANNÉES COMME LA NATURE L'A IMAGINÉ PAR DIVERS STRATAGÈMES.

    LA MAÎTRISE DE CES TECHNIQUES POURRAIT PERMETTRE DE DÉSENCLAVER QUELQUES RÉGIONS OÙ L'EAU N'EST PRÉSENTE QUE SOUS FORME DE BRUMES À CERTAINES PÉRIODES DE LA JOURNÉE...COMME DANS LES MONTAGNES OU PROCHE DE LA MER

    L'invention des filets capteurs de nuages, ou de brume, pour les régions arides, semble inspirée de la toile de l'araignée qui retient la rosée.  JPEG - 50.3 ko

    AU DÉBUT DU XXEME SIÈCLE, LE SCIENTIFIQUE JULES JAMIN (un scientifique ardennais)  A DÉCRIT UN PHÉNOMÈNE QUI  SOUS UNE APPARENCCE SIMPLISTE S'AVÈRE PLUS COMPLEXE QUE NOS YEUX POURRAIENT NOUS LE FAIRE CROIRE

    PAR

    AILLEURS,

    POUR L'ÉTHIOPIE,

    UN PROJET KICKSTARTER

    DE COLLECTEUR D'EAU EN PHASE DE TEST

    A VU LE JOUR SOUS FORME D'ENTREPRISE ASSOCIATIVE

    WARKA~WATER

    Représentation d'un collecteur d'eau Warka Water en situation en Éthiopie ©kickstarter / Warkawater

    LES WARKA TOWERS

    DESIGNÉES PAR ARTURO VITTORI

     

    POURRAIENT CHANGER QUELQUE PEU LA VIE DE POPULATION EN MILIEU SEMI-DÉSERTIQUE

     

     

     

    En Inde, de simples bâches en plastique condensent l'eau de rosée

     

     

    « Mickaël BETHE-SÉLASSIÉ, un autre Grand Nom de la sculpture africaine contemporaine...L'Afrique (en l'occurence la Namibie) pour y observer le ciel cosmique...Astronomie de l'invisible »